/* Setting : h2_headings */ h2 { font-family : 'Devonshire'!important; }
Searching
Please wait

Les Moyens De Transports

Publié le:
 19 février 2015

Partir c’est bien, mais partir comment?

voyage-en-tunisie-chameauComme le tour du monde en stop ou à vélo ou à dos de chameau n’est pas pour nous, nous avons tout de suite pensé acheter un camping-car.

                                                                                                                                                                                                                                             À priori, l’idée du camping-car nous séduisait car il était pour nous un symbole de liberté. En effet, pouvoir se poser ou on veut (ou presque), pouvoir se réveiller face à la mer ou face au lever de soleil… c’est le top.

Et c’était aussi pour nous, à première vue, synonyme d’économies en terme de logement évidement qui est un poste très important de dépense. Mais cela représentait aussi une économie sur la nourriture car nous aurions pu constituer notre stock et se faire à manger grâce a des courses faites en supermarché, ce qui revient donc moins cher que les restaurants ou les fast-food.
C’était aussi ne pas avoir à se soucier de la restriction de place (enfin moins qu’avec un sac à dos en tous cas) – pour pouvoir amener le stock de camembert, de saucissons ou de mayo et de vêtements notamment… :)-

Surtout qu’aujourd’hui en terme de camping car, il se fait des modèles très confortables et fonctionnels. Mais les prix grimpent très vite aussi selon le modèle. 

HYM_Website_Header_Bild_StarLine

→ Mais voilà, après réflexion et après avoir dressé la liste des « pour » et des « contre », nous avons changé notre fusil d’épaule, remarquant que le projet n’était pas vraiment envisageable en camping-car pour plusieurs raisons:

  • Tout d’abord, un camping car c’est une responsabilité. En effet, que faire si nous avons une panne ? Qu’il faille changer une pièce ou autre et que le budget explose en réparations par conséquents.
  • De plus, le cout de départ était vraiment important même si on aurait pu le revendre au retour. Nous n’étions pas persuadés que les économies en logement et en nourriture compensent vraiment le prix du camping car. Et surtout, gros point noir en terme de coût, c’est le montant total qu’il fallait pour faire traverser le bolide d’un continent à l’autre. Comptez environ 10 000 dollars rien que pour passer de l’Australie au Chili.
  • Aussi, le camping car aurait plus été un handicap qu’un avantage dans les grandes villes notamment pour le stationnement. Le camping car aurait été problématique pour circuler d’une façon générale dans plusieurs étapes de notre voyage. Même si c’est sur qu’il aurait par contre été d’une grande aide en Australie, en NZ, en Amérique du sud et aux USA. Mais pas partout alors nous ne pouvions pas courir le risque. De plus, le passage des frontières en véhicule semble plus long et plus compliqué qu’avec une arrivée via un aéroport. Et finalement, il paraitrait même que certains pays ait une interdiction de circulation en camping car… Mais nous n’avons pas vraiment creusé la question.
  • Pour finir, étant un couple, nous ne voulions pas nous couper du monde en étant en camping-car. En effet, le but est de rencontrer de nouvelles personnes et partager la vie des locaux. Et un des endroits où l’on rencontre le plus de personnes est dans les auberges de jeunesse notamment, chose que nous n’aurions pas du tout connue si nous avions utilisé un camping-car.

C’est donc comme cela que nous avons opté pour une autre solution qui est l’Avion.

 Billet-davion

A ce moment là, une autre question se pose: Doit-on choisir des billets « Tour du monde » ou pas ?
→ Il existe plusieurs alliances sur le marché qui proposent ces fameux billets Tour du Monde avec des offres variées. Je pense notamment à ONE WORLD, SKY TEAM et à STAR ALLIANCE qui sont les plus utilisées.

A priori, les alliances présentent notamment les conditions suivantes:

  • Durée du voyage: 1 an maximum
  • Nombre de Kms à parcourir: Environ 40 000 miles maximum
  • Vous ne pourrez pas faire plus de 3 stops au sein d’un même pays (ce nombre peut varier selon les Alliances et les pays)
  • Le prix dépend du nombre de régions visitées (de 3 à 6)
  • D’une façon générale, les 6 régions sont les suivantes:

Sans titre

  • Vous devez effectuer un vol au-dessus de l’Atlantique (ni plus ni moins).
  • Vous devez effectuer un vol au dessus du Pacifique (ni plus ni moins).
  • Vous pouvez voyager uniquement dans une direction (vers l’est ou vers l’ouest), effectuer un tour du monde et revenir vers le pays d’origine.
  • Une seule traversée entre l’Europe/l’Afrique/le Moyen-Orient et l’Asie est permise (peut varier selon les alliances)
  • Vous pouvez également choisir un autre mode de transport pour un segment. Il sera alors défini comme « secteur de surface » (vous pourriez choisir de vous déplacer en voiture, en train ou en bateau ou de faire appel aux services d’une compagnie aérienne locale).
  • Le nombre de miles des secteurs de surface est inclus dans le calcul du nombre maximum des miles autorisés.
  • Enfin, notez que certaines alliances ne sont pas partout, vous êtes donc limité dans certaines destinations

Le verdict est donc sans appel pour nous, cela ne va pas coller avec notre projet !

tour-du-monde

Nous avons ensuite dégoté la société AirTreks qui est une compagnie américaine et qui offre également des billets Tour du monde ou multi-destinations. C’est ici complètement à la carte et l’itinéraire est donc vraiment personnalisé.

→ Vous créez en fait votre itinéraire et l’agence vous concocte un devis en fonction, dans la mesure du possible. Il n y a pas de contrainte du nombre de Kms à respecter, du nombre de continents à traverser et combien de fois vous les traversez. Vous pouvez aussi repartir en arrière dans votre trajet. Il n’y a pas de limite dans le temps non plus. Cependant, le pays de départ doit être le même pays pour l’arrivée finale. La flexibilité de cette agence est assez impressionnante. De plus, malgré ce qu’on pourrait penser, le prix reste tout a fait correct. Cette solution semblait donc être la plus adaptée pour nous à première vue …

reflexionMais un soir, sur un coup de tête, nous avons tout de même décidé de faire le calcul des billets par nous même, un par un sans grande conviction et là surprise ! Avec beaucoup de recherches et avec méthode, nous avons réussi à trouver des billets à prix abordable pour un total global au final moins cher que ce que nous proposait AirTreks ou tout autre alliance.

Si si, c’est bel et bien possible contrairement à tout ce qui a pu être démontré! Ou en tous cas, c’est le cas pour nous avec le type d’itinéraire que nous effectuons. En plus, avec cette solution, en bonus nous pouvions même choisir les horaires qui nous convenaient le plus à priori. Cette méthode nous permettra aussi de réserver si on le veut la fin de notre voyage via des billets « Last Minute », particulièrement économiques.

→ On ne va pas se mentir, comme on a pu le constater, acheter les billets soi-même est un travail de longue haleine, il faut comparer les prix (Kayak est vraiment un très bon site d’ailleurs). On obtient parfois même des réductions selon le type de carte de paiement utilisée. Mais cela est très aléatoire d’une fois à l’autre.

___________________________________

                                                                                                                                                                                                                      eurekaUn conseil: Il ne faut pas hésiter à être flexible dans les dates (Par exemple, pour nous,  le billet NZ- Chili passait de 5000 euros à 1200 euros à 3 jours d’intervalle pour la date de vol choisie).
De plus, ne pas hésiter à changer sa ville de départ ou d’arrivée dans un pays. Il y a ainsi des centaines d’euros à économiser.

Une astuce: Il faut savoir que lorsque vous êtes sur des sites d’achat de billets sur internet, des algorithmes ont été développés pour enregistrer vos recherches et comprendre que si vous effectuez la même recherche plusieurs fois à peu de temps d’intervalle, c’est que vous êtes très susceptible d’acheter des billets d’avion prochainement: c’est ce qu’on appelle « l’IP Tracking ». Il s’agit donc de vous inciter à passer à l’action, en vous faisant payer le maximum. Ainsi, dès votre seconde recherche pour le même billet, la compagnie affiche, rien que pour vous, un prix supérieur. Et le résultat est imparable : « Les prix augmentent, il faut acheter maintenant !»

→La solution pour ne plus se faire piéger est très simple: après avoir effectué ses recherches de billets d’avion, sur un ordinateur, il faut changer d’ordinateur pour faire son achat, afin que le marchand ne vous reconnaisse pas.

Au final, il faut donc fouiner et s’armer de patience. Acheter un billet d’avion au meilleur prix, c’est un peu un jeu de piste… Les prix évoluent même que vous regardiez en début ou en fin de journée par exemple. Une vraie stratégie !

_________________________________________________________

NB: Pour ce qui est des transports sur place, on essaiera de circuler un maximum à pieds ou à vélo dans les grandes villes (pour éviter les transport en commun) et sinon, pour rallier une ville à l’autre ou circuler d’une façon générale nous sommes ouverts à tous les moyens de transport: train, auto stop, vélo, bus et autre Tuc Tuc… Nous allons avoir recours à la location de véhicule seulement en Australie, en NZ et aux États-Unis.

New York
4°
nuageux
humidité: 100%
vent: 1m/s OSO
MAX 5 • MIN 4
7°
Lun
4°
Mar
-2°
Mer
6°
Jeu
8°
Ven

En Tour du Monde durant:

Recherche

Vidéos

Suivez-nous sur Instagram

Abonnez-vous à notre newsletter

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Contribuer à notre voyage

Si vous souhaitez prendre part à notre expérience, n’hésitez pas à nous faire un don afin de prolonger notre aventure